.:: Le Journal De Tanger  News ::.
Dernières nouvelles :

La présidence à vie est révolue et les mentalités doivent changer

La présidence à vie est révolue et les mentalités doivent changer

Le 16-03-2018 à 14:42:41

De l’avis quasi-unanime des professionnels de l’hôtellerie à Tanger et dans le nord, un vent favorable souffle sur le secteur depuis le 15 février 2017, date à laquelle l’Association de l’Industrie Hôtelière de Tanger-Assilah (AIHT) a organisé son assemblée générale ordinaire élective ayant donné lieu à l’élection à la présidence de Mohamed El Bahja, en remplacement de Mustapha Boucetta.

Aujourd’hui, on se rend compte, avec satisfaction, que le choix s’était judicieusement porté sur M. El Bahja, un vétéran du tourisme omniprésent sur la scène professionnelle depuis toujours, et membre du Conseil régional du Tourisme Tanger-Tétouan-Al Hoceima (CRT-TTA). Lors de cette assemblée élective, on avait noté que le président sortant, Mustapha Boucetta, ayant à son palmarès plusieurs mandats consécutifs, avait créé la surprise en ne se portant pas, cette fois-ci, comme candidat pour un nouveau mandat. On avait pensé alors que c’était probablement parce qu’il avait déjà la lourde charge du Conseil régional du tourisme (CRT) dont les compétences se sont étendues à Tanger, Tétouan et El Hoceima. Cependant, on ne tardera pas à déchanter en apprenant, par la suite, que la réalité était autre, notamment depuis que cette affaire a coûté au nouveau président de l’AIHT, sa place en tant que directeur de l’établissement hôtelier appartenant à son prédécesseur qui n’aurait pas toléré d’être remplacé à la tête de l’AIHT, reprochant à Mohamed EL Bahja d’avoir osé lui « faucher » la présidence. La suite, on la connaît … Il apparaît donc clair que, dans certaines institutions on revendique ouvertement la présidence à vie. C’est justement le cas aussi du Conseil régional du Tourisme Tanger -Tétouan - El Hoceima (CRT-TTA) dont les rênes de la présidence sont détenues par la même personne au-delà de la période réglementaire, ce qui laisse imaginer que l’on s’achemine, là encore, vers une présidence à vie. Or, même si cela peut paraître inaperçu, une présidence trop prolongée s’avère toujours négative car, non seulement on tombe dans la routine, mais on perd toute notion de créativité. Et c’est justement ce qui arrive au sein du CRT-TTA qui, contrairement aux CRT de Marrakech, d’Agadir ou de Fès, stagne dans la médiocrité, car, en dehors de quelques voyages à l’étranger de temps à autre, aux frais du contribuable, ou encore des réunions plates et stériles, rien n’est pratiquement apporté par ce conseil à la ville de Tanger ou à sa région, en matière de nouveautés touristiques. Aucun plus attribuable au CRT-TTA n’a jamais été enregistré au profit du secteur. Bref, c’est la routine qui est installée au sein du CRT-TTA, en faisant une coquille vide. Voilà pourquoi, les mentalités doivent changer et les anciens à bout de force et à court d’idées, doivent laisser leur place à un sang nouveau.

Aujourd’hui, le secteur du Tourisme pilule de lauréats diplômés qui ne demandent qu’à démontrer leurs compétences et leurs capacités forgées sur les bancs de hautes écoles. Les anciens ont le devoir de leur laisser une chance, en faisant valoir leur droit à la retraite.
Il y a tellement de choses à dire sur ce sujet que le présent article pourrait constituer le début d’une série d’écrits similaires. Nous pourrions donc y revenir dans nos prochaines éditions. ..
PH : DR



Partager ceci :
رابط مختصر للمقالة تجده هنا
https://mail.lejournaldetanger.com/news2825.html
التعليقات
Add comment